THE PROVENCE HERALD

Les nouvelles de Provence, Alpes & Côte d'Azur

jeudi 14 décembre 2017

NEWSLETTER
  • Laisser un commentaire
  • Imprimer la page

CONCEPT PIANO DE BEETHOVEN A BERIO

concept piano, mozart, liszt, helen grimaud, gelber, bavouzet, kahanek, michiels, the provence herald, marc pagnier; beethoven, berio, martinu, ligeti,
Écrit par Marc Pagnier Publié le 12 avr. 2017 Marc Pagnier

Rédacteur en Chef des titres en anglais, français et chinois.

> Lire tous ses articles

Concept piano : Format particulier au sein du « Festival du Printemps des Arts de Monte-Carlo » Concept Piano permet au public d’entendre six pianistes jouer les œuvres de dix-huit compositeurs. Pendant quatre jours le piano devient roi. Et de Ludwig van Beethoven à Luciano Berio les auditeurs ont pu voyager au travers de styles forts différents. Mais toujours en piano. (Photo Hélène Grimaud © Mat Hennek – Photos des autres artistes © A.Hanel)

Concept piano : des compositeurs illustres…

Le choix des compositeurs n’est pas le fruit du hasard. Pour Marc Monnet, le directeur artistique du festival, l’objectif de la sélection est simple : « le public doit pouvoir entendre dans un même concert les grandes pages dites « classiques » de la littérature pianistique et des compositions contemporaines ». Cette intention se réalisera pendant les soirées Concept Piano, à part celle entièrement consacrée à Ludwig van Beethoven.

Concept piano : la première soirée couvre l’époque moderne

concept piano, mozart, liszt, helen grimaud, gelber, bavouzet, kahanek, michiels, the provence herald, marc pagnier; beethoven, berio, martinu, ligeti,

Jean-Efflam Bavouzet

Les programmes des quatre soirées montrent bien le souci de présenter un riche panel. La première comprend deux récitals. D’abord, il y a Frédéric Chopin, Scherzo en si mineur n°1 op.20, Scherzo en si bémol mineur n°2 op.31, Scherzo en mi majeur n°4 op.54 ; Leos Janacek, Sonate 1.X.1905 « From the Street » et Bohuslav Martinu, Trois Danses tchèques, H154. Ensuite, nous trouvons Ludwig van Beethoven, Sonate pour piano n°6 en fa majeur op.10 n°2 ; Pierre Boulez, Douze notations pour piano; Béla Bartok, En plein air (Szabadban/Out of the Doors) : n°4 « Musiques nocturnes » (« Az éjszaka zenéje ») Sz, 81 et Maurice Ravel, Miroirs (extraits).

La deuxième soirée de Martinu à Beethoven

La deuxième soirée offre quatre concertos pour un programme aussi riche et varié. Nous y retrouvons György Ligeti, Concerto pour piano et orchestre ; Bohuslav Martinu et son Concerto pour piano et orchestre n°4 « Incantation » H358 ; Wolfgang Amadeus Mozart et le Concerto pour piano et orchestre en fa majeur n°19 K.459 et pour finir un retour à Ludwig van Beethoven pour son magnifique concerto pour piano et orchestre en mi bémol majeur, dit « L’Empereur » op.73.

La troisième soirée toute à Beethoven

Après deux soirées d’une grande variété de compositeurs et d’époques, la suivante comprend un récital consacré entièrement à Ludwig van Beethoven. Que nous retrouvons comme un fil conducteur durant ces trois jours. Cette soirée comprend deux Sonates, deux chefs-d’oeuvre : la Sonate pour piano en ut majeur n°21 op.53 dite « Waldstein » et la Sonate pour piano en fa majeur n°23 op.57 dite « Appassionata ».

La quatrième soirée du XIX° au XXI° siècle

La dernière soirée revient sur le schéma classique que nous pouvons qualifier des « anciens » et des « modernes ». Une grande variété de compositeurs et d’époques défilent sur scène : Luciano Berio, Wasserklavier ; Toru Takemitsu, Rain Tree Sketch II ; Gabriel Fauré, Barcarolle n°5 ; Maurice Ravel, Jeux d’eau ; Isaac Albéniz, Almeria ; Franz Liszt, Les Jeux d’eau à la Villa d’Este ; Leos Janacek, In the mists 1 ; Claude Debussy, La Cathédrale engloutie et Johannes Brahms, Sonate en fa dièse mineur N°2 op.2. Pour entendre ces œuvres, en toute logique, il faut des musiciens.

Concept piano : …pour des interprètes choisis

Les artistes invités sont choisis par Marc Monnet en fonction d’une programmation. Mais le contenu final du récital se fait d’un commun accord. Ainsi, les pianistes reflètent la même diversité que les compositeurs.

Première soirée : Ivo Kahanek et Jean-Efflam Bavouzet

concept piano, mozart, liszt, helen grimaud, gelber, bavouzet, kahanek, michiels, the provence herald, marc pagnier; beethoven, berio, martinu, ligeti,

Ivo Kahanek

La première soirée « Deux récitals en une soirée » voit Ivo Kahanek en première partie et Jean-Efflam Bavouzet dans la seconde. Ivo Kahanek, l’un des artistes tchèque le plus reconnu de sa génération possède un répertoire allant de la musique baroque à la musique moderne, avec une prédilection pour le répertoire romantique. Considéré comme spécialiste de la musique de son pays, il a déjà enregistré sept disques comprenant les œuvres de Leos Janacek, Bohuslav Martinu, Gideon Klein, Miloslav Kabelac, Jean Françaix et bien d’autres. Son album « Janacek, Martinu, Kabelac » a reçu de nombreux prix. Jean-Efflam Bavouzet, « Artiste de l’Année 2012 » de l’International Classical Music Award est l’un des pianistes français les plus actifs au concert autant qu’en enregistrement. Artiste exclusif chez « Chandos » son importante discographie primée comprend, par exemple, les Concertos de Prokofiev, de Bartok, et les Concertos de Ravel et de Stravinsky, tous les deux avec le BBC Symphony. Depuis 2012 il est directeur artistique de l’International Piano Festival des Îles Lofoten en Norvège. Il prépare un enregistrement des Concertos de piano de Mozart. Les quatre compositeurs sont joués comme si « une histoire est racontée », souligne-t-il. La clarté et la précision de son interprétation sont salués par le public. Cette première soirée s’est déroulée dans un Palais Garnier complet. Au silence attentif de l’assistance répond une longue ovation d’une salle debout demandant des bis.

Deuxième soirée : Ivo Kahanek, Jean-Efflam Bavouzet, Bruno Leonardo Gelber et Jan Michiels

concept piano, mozart, liszt, helen grimaud, gelber, bavouzet, kahanek, michiels, the provence herald, marc pagnier; beethoven, berio, martinu, ligeti,

Jan Michiels

Le lendemain dans l’Auditorium Rainier III, c’est la soirée « Quatre concertos pour une seule soirée ». Nous retrouvons les deux artistes de la soirée précédente. Ivo Kahanek joue le Concerto pour piano et orchestre n°4 de Bohuslav Martinu, accompagné par l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, dirigé par Jean Deroyer. Jean-Efflam Bavouzet intreprète le Concerto pour piano et orchestre en fa majeur n°19 de Mozart avec le même orchestre mais dirigé par Gabor Takacs-Nagy. Accompagné par cet orchestre et le même chef, le pianiste Bruno Leonardo Gelber joue le Concerto dit « L’Empereur » de Ludwig van Beethoven. D’origine autrichienne et franco-italienne, il commence le piano à l’âge de trois ans. Il débute une carrière internationale très jeune et se produit avec les plus grands chefs. En 1989, un des disques paru chez Denon, Sonates de Beethoven a été reconnu par le New York Times comme l’un des meilleurs enregistrement de l’année. Ses disques reçoivent régulièrement des prix de l’Académie Charles Cros ou le Prix des Discophiles. Son interprétation du Concerto fut plus que chaleureusement accueillie par le public de l’Auditorium Rainier III. Le pianiste Jan Michiels aborde le Concerto pour piano et orchestre de György Ligeti avec l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, sous la direction de Jean Deroyer. L’importante discographie de Jan Michels a reçue de nombreux prix dont celui de Caecilia en 2002 pour Via Crucis – un portrait de Liszt chez Eufoda. En concert plusieurs intégrales sont inscrites à son actif dont celles de Beethoven, Schoenberg, Webern, Berg, Debussy, Bartok, Janacek et Ligeti. Bon connaisseur de la musique du XX° siècle, son interprétation de Ligeti fût particulièrement bien reçue par le public.

Troisième soirée : Bruno Leonardo Gelber

concept piano, mozart, liszt, helen grimaud, gelber, bavouzet, kahanek, michiels, the provence herald, marc pagnier; beethoven, berio, martinu, ligeti,

La troisième soirée du même week-end, voit deux sonates de Beethoven jouées par Bruno Leonardo Gelber, qui a conclut la soirée précédente, au Yacht Club de Monaco. Les deux sonates, « Waldstein » et « Appassionata » permettent au public d’écouter un même univers musical. Ce temps suspendu prépare la dernière soirée « Concept Piano » qui fût comme un point d’orgue.

Quatrième soirée : Hélène Grimaud

concept piano, mozart, liszt, helen grimaud, gelber, bavouzet, kahanek, michiels, the provence herald, marc pagnier; beethoven, berio, martinu, ligeti,

Isolée du week-end, cette soirée embrassa la musique de piano, de la fin du XIX° siècle au début du XXI°. Pour cela il fallait une interprète d’exception. Le choix d’Hélène Grimaud paraît comme une évidence. Partir de Luciano Berio pour arriver à Johannes Brahms en passant par Takemitsu, Ravel, Liszt ou Janacek, en tout neuf compositeurs, demande une rare capacité d’émotion. Les nombreux prix reçus par ses disques, comme son implication dans la protection de la nature, les droits de l’homme et son talent de femme de lettres constituent une palette où peut s’exprimer et se développer une grande sensibilité. Et sûrement pas au détriment de son jeu pianistique. La soirée était complète quelques jours seulement après l’ouverture des réservations confirme l’attachement des mélomanes à cette grande dame.

Le choix de Marc Monnet de proposer des compositeurs du XIX° siècle au XXI° siècle ne rebute pas les amateurs de piano. Au contraire, les salles de ces soirées, le Palais Garnier, le grand Auditorium Rainier III, furent toujours complets. Il nous semble que ce n’est pas l’époque qui freine le public mais la qualité du choix des compositions et des interprètes qui les attirent. Et aussi, un point peut-être sous-estimé trop souvent dans d’autres festivals, une curiosité artistique et intellectuelle chez les mélomanes.


découvrez la Provence-Alpes-Côte d’azur

publicité

Pub

Nos partenaires

vidéo du jour

Galerie de photos