THE PROVENCE HERALD

Les nouvelles de Provence, Alpes & Côte d'Azur

lundi 11 décembre 2017

NEWSLETTER
  • Laisser un commentaire
  • Imprimer la page

Des chargeurs transportables pour les voitures électriques : le pari gagnant d’IES

Écrit par Marc Pagnier Publié le 4 oct. 2012 Marc Pagnier

Rédacteur en Chef des titres en anglais, français et chinois.

> Lire tous ses articles

Montpellier: Compacts et légers, les chargeurs de batteries conçus par IES sont à la pointe de la technologie. Ils équipent la Twizy, le véhicule électrique biplace de Renault.

« Nous avons eu la chance de deviner avant les autres que les chargeurs embarqués seraient la clé du développement de la voiture électrique, » confie Michel Orville, le vice-président d’IES. « Nous avons donc quelques années d’avance sur nos concurrents, qui sont 4 ou 5 dans le monde. »

Ces chargeurs portables bien pensés permettent de recharger les batteries de sa voiture électrique depuis une prise standard, en six heures. Petits et légers, ils tiennent dans le coffre et pèsent de 5 à 7 kilos. « Ils sont de 40 à 50% plus compacts que la concurrence, » relève Gil Souviron, président d’IES. En juin, il l’a constaté de ses yeux lors de l’EVS26, le Symposium des véhicules électriques de Los Angeles. « En plus, ils résistent à des conditions extrêmes. » Ne craignant ni l’eau, ni la poussière, ces appareils sont adaptés à différents types de batterie : lithium, ion, plomb…

D’autres dispositifs, délivrant une puissance allant jusqu’à 100 kW, permettent de remplir ses batteries en seulement 30 minutes. Ils équipent les stations de charge publiques, celles des garages et des usines automobiles. Secret commercial oblige, IES refuse de révéler le prix de ses produits.

Freins actuels au développement de la voiture électrique

Aujourd’hui, certains problèmes limitent encore l’attrait des véhicules électriques. « Peu de modèles sont proposés sur le marché. Heureusement, le coût est en train de diminuer : Renault, par exemple, propose des voitures électriques et des modèles à essence à un prix équivalent, » relève Michel Orville.

Un autre problème de taille reste l’autonomie. « Nous équipons la Twizy de Renault, par exemple, mais ce quadricycle n’a que 100 kilomètres d’autonomie. D’autres véhicules électriques peuvent rouler entre 150 et 180 km avec la batterie pleine. »

D’après ses prédictions, on atteindra les 300 kilomètres d’autonomie d’ici à 2015. Une avancée technique qui rendra ce type d’automobile plus attractif..

Le site web d’IES: www.ies-synergy.com

Gil Souviron et Michel Orville, président et vice-président d’IES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


découvrez la Provence-Alpes-Côte d’azur

publicité

Pub

Nos partenaires

vidéo du jour

Galerie de photos