THE PROVENCE HERALD

Les nouvelles de Provence, Alpes & Côte d'Azur

vendredi 15 décembre 2017

NEWSLETTER
  • Laisser un commentaire
  • Imprimer la page

GREAT BRITAIN quel avenir pour le tourisme après le Brexit ?

great britain, france, provence, cote azur, alpes, euro, union europeenne, italie, allemagne, suisse, belgique, british airways, easyjet, ryanair, brexit,
Écrit par Marc Pagnier Publié le 27 juin 2016 Marc Pagnier

Rédacteur en Chef des titres en anglais, français et chinois.

> Lire tous ses articles

GREAT BRITAIN : le sort en est jeté ! Les citoyens britanniques ont votés pour la sortie de la grande Bretagne de l’Europe. Comme toute démocratie, le vote du peuple est sans appel et doit être respecté pour cela. Mais une question, entre autres, peut se poser : quelles sont les conséquences économiques sur le tourisme en Provence et pour les citoyens britanniques ? En effet, après une dévaluation de la livre sterling de 10% par rapport à l’euro et bientôt la sortie de l’Union Européenne, les séjours des touristes Outre-Manche dans la région Provence Alpes Côte d’Azur se feront plus chers et la circulation avec les états du Continent beaucoup moins aisés.

GREAT BRITAIN : en 2015 la France a accueilli près de 12 millions de touristes britanniques, soit 14% des arrivées internationales et ils ont réalisés 80 millions de nuitées. Ce qui fait la deuxième clientèle internationale après l’Allemagne.

En Provence Alpes Côte d’Azur, les britanniques occupent la première place avec 830.000 séjours et 7,2 millions de nuitées avec des durées de séjours dépassant les 8 jours. Cet ensemble d’éléments représente 800 millions d’euros. Il faut souligner que cette clientèle est aussi la première dans l’hôtellerie de la région avec 1 264 000 nuitées en 2015, soit 14% des nuitées internationales et en progression de +15% en dix ans.

GREAT BRITAIN : Conséquences du Brexit

La première est la dévaluation de 10% de la livre sterling dans la nuit du 23 au 24 juin 2016. Le taux de change est toujours un facteur dans le choix des déplacements entre les pays, car cela joue sur la compétitivité d’une destination et en même temps sur le pouvoir d’achat des touristes. Ce qui amène, mécaniquement, une baisse de leur pouvoir d’achat sur la région Provence, en l’occurrence. Cela peut avoir pour résultat, dès cet été 2016, une désaffection d’une partie de la clientèle britannique.

Pour en connaître l’impact précis, sur la fréquentation, les chiffre d’affaires et sur l’emploi, il faudra attendre les prochaines semaines. Le suivi quotidien des réservations de la clientèle britannique sera un bon indicateur.

La deuxième conséquence concerne le Brexit et son corollaire la sortie de l’Union Européenne qui aura un impact direct sur les moyens de transports entre l’île et le continent. Ne faisant plus parties de l’Europe, les compagnies low-cost pourraient perdre techniquement le droit de pouvoir opérer des liaisons entre différents membres de l’Union. La perte de ces liaisons, accordées à ces compagnies car elles ont leurs sièges actuellement en grande Bretagne état membre de l’Europe pour quelques semaines encore, se fera sur un nombre massif de lignes. Les bourses ne se sont pas trompées, la chute significative des actions d’Easyjet de 20%, de même pour British Airways et de 15% pour Ryanair en est le signe tangible. Le coût du transport aérien entre l’île et la région Provence devrait donc connaître une augmentation significative.

La troisième conséquence touche à la liberté de déplacement des ressortissants britanniques au sein des pays de l’Union Européenne. Elle risque d’être remise en cause. Si l’obtention de visa devient nécessaire, cela ne facilitera pas, avec en plus les deux conséquences précédentes, les séjours courts ou de week-end en région Provence.

Pour compenser une prévisible baisse des touristes britanniques, la région Provence envisage sérieusement de s’appuyer sur les clientèles de proximités comme l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas et la Suisse, qui représentent déjà 50% des visiteurs étrangers.

Manifestement, le Brexit ne fera pas que des malheureux…

GREAT BRITAIN, GREAT BRITAIN, GREAT BRITAIN, GREAT BRITAIN, GREAT BRITAIN, GREAT BRITAIN, GREAT BRITAIN,


découvrez la Provence-Alpes-Côte d’azur

publicité

Pub

Nos partenaires

vidéo du jour

Galerie de photos