THE PROVENCE HERALD

Les nouvelles de Provence, Alpes & Côte d'Azur

mercredi 16 août 2017

NEWSLETTER
  • Laisser un commentaire
  • Imprimer la page

LES PIEDS NICKELES FONT « LA FIESTA »

les pieds nickeles, israel galvan, festival avignon, fiesta, Eloísa Cantón, Emilio Caracafé, Israel Galván, El Junco, Martínez, Elche, Seki, Sellami, Uchi,
Écrit par Marc Pagnier Publié le 19 juil. 2017 Marc Pagnier

Rédacteur en Chef des titres en anglais, français et chinois.

> Lire tous ses articles

Les PIEDS NICKELES font partis de cette catégorie de personnes dont toute action tourne à la catastrophe. La Fiesta, conception, direction artistique et chorégraphie d’Israel Galvan, en est l’illustration contemporaine. Le spectateur se trouve ainsi témoin d’une fin de fiesta où le pire devient la règle esthétique. FESTIVAL AVIGNON 2017 – creation 2017 – (Photos © Christophe Raynaud De Lage –  FESTIVAL AVIGNON)

Les PIEDS NICKELES en fin de fiesta

les pieds nickeles, israel galvan, festival avignon, fiesta, Eloísa Cantón, Emilio Caracafé, Israel Galván, El Junco, Martínez, Elche, Seki, Sellami, Uchi,

Pourtant Israel Galvan nous avait bien expliqué la base de sa réflexion sur sa conception de la fête. En effet, la « fin de fiesta » est un code du flamenco hérité de la spontanéité des fêtes. Elle « est cette dernière minute du spectacle où les artistes se retrouvent en toute décontraction et échangent librement leurs rôles dans le but de finir la fête ». Mais malgré, ou à cause, de son histoire familiale il s’est « souvent senti étranger à la fête qui se déroulait sous mes yeux ». Celle-ci opère une sorte de libération générale. C’est cet aspect que le chorégraphe veut nous faire voir.
Le groupe des artistes, musiciens, chanteurs, danseurs, ne viennent pas tous du flamenco. Mais au lieu d’essayer de mettre les idiosyncrasies culturelles en avant « nous avons au contraire essayé de nous libérer de nos codes ». Ainsi, par exemple, la voix d’Alia Sellami, chanteuse tunisienne, devient flamenca dès qu’elle se pose entre flamencos.

LA FIESTA

Israel Galvan ne cherche pas à faire une fête typiquement flamenca et n’a pas l’intention de séduire ou de plaire. Il précise que « nous avons tout simplement cherché notre vérité dans la fête ». Si la musique n’est pas composée ni orchestré elle en n’est pas pour autant absente même si « on entend plutôt les bruits du monde tels que je les imagine s’échappant d’une tour de Babel ».
Composée de multiples petites scènes, le spectacle devient vite chaotique. Les personnages exécutent leur propre partition sans lien apparent. Face à cette approche de la fiesta le spectateur devient rapidement étranger à ce qui se passe sur le plateau. La mise-en-scène hésite entre grotesque, caricature, exhibition, refoulements sexuels. Le trop plein de gesticulations ressemble aux jeux des enfants passant continuellement d’un centre d’intérêt à un autre sans pouvoir se concentrer. Et comme cela semble une constante dans divers spectacles du Festival d’Avignon 2017, la sonorisation se caractérise par un volume sonore massacrant autant la musique, les paroles que les oreilles des spectateurs. Pour ceux qui rêvent encore de leur lecture des Pieds NICKELES.

Avec Eloísa Cantón, Emilio Caracafé, Israel Galván, El Junco, Ramón Martínez, Niño de Elche, Minako Seki, Alia Sellami, Uchi Conception, direction artistique et chorégraphie Israel Galván Dramaturgie Pedro G. Romero Collaboration à la mise en scène Patricia Caballero Scénographie Pablo Pujol Lumière Carlos Marquerie Son Pedro León Costumes Peggy Housset Assistanat à la mise en scène Balbi Parra Production A Negro Producciones Coproduction Festspielhaus St. Pölten, Théâtre de la Ville/ La Villette-Paris, Festival d’Avignon, Théâtre de Nîmes Scène conventionnée pour la danse contemporaine, Sadlers Wells-London, Movimentos Festwochen der Autostadt (Wolfsburg), MA Scène nationale – Pays de Montbéliard, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Théâtre de l’Archipel Scène nationale de Perpignan, Teatro Central de Séville Avec le soutien de l’Agence andalouse d’institutions culturelles – Junta de Andalucía, INAEM – Ministère de l’Éducation, de la Culture et du Sport d’Espagne et pour la 71e édition du Festival d’Avignon : Adami, Fondation BNP Paribas Avec l’aide du Grec Festival de Barcelona, Temporada Alta – Festival de Tardor de Catalunya (Gérone), Aichi Prefectural Art Theater (Nagoya)

les pieds nickeles, les pieds nickeles, les pieds nickeles, les pieds nickeles, les pieds nickeles, les pieds nickeles,


découvrez la Provence-Alpes-Côte d’azur

publicité

Pub

Nos partenaires

vidéo du jour

Galerie de photos