THE PROVENCE HERALD

Les nouvelles de Provence, Alpes & Côte d'Azur

jeudi 19 octobre 2017

NEWSLETTER
  • Laisser un commentaire
  • Imprimer la page

SCENA MADRE (danse) D’AMBRA SENATORE

scena madre, avignon, festival avignon, the provence herald, marc pagnier, ambra senatore, Ceccarelli, Davern, Ferrari, Hamimouch, Richard, Roux-Briffaud,
Écrit par Marc Pagnier Publié le 12 juil. 2017 Marc Pagnier

Rédacteur en Chef des titres en anglais, français et chinois.

> Lire tous ses articles

SCENA MADRE, de l’italien « scène mère » désignant la scène principale d’un film, est le temps où l’intrigue se dévoile. Ici, Ambra Senatore, chorégraphe italienne, fragmente le temps et l’espace d’une même scène. Les sept danseurs explorent les différentes relations humaines possibles autour de celle-ci et se développera tout au long de la représentation. Un chemin où ne manque ni humour ni profondeurFESTIVAL D’AVIGNON – CREATION 2017 – Jusqu’au 13 juillet au Gymnase du lycée Mistral (Photos © Christophe Raynaud De Lage – FESTIVAL AVIGNON)

SCENA MADRE : danse et vie

scena madre, avignon, festival avignon, the provence herald, marc pagnier, ambra senatore, Ceccarelli, Davern, Ferrari, Hamimouch, Richard, Roux-Briffaud,

Scena madre est un puzzle cinématographique. Elle se répète indéfiniment tout en évoluant d’une façon quasi imperceptible. Ce sont les personnages, le ton des rencontres qui animent le mouvement général du ballet. De quelques gestes solitaires les danseurs passent progressivement à des rapports plus directs, plus physiques. L’histoire se construit comme les phrases qui deviennent plus longues, plus directes, plus concrètes dans leurs contenus. Les gestes suivent exactement ce même mouvement. La danse (re)présente la rencontre entre les gens et la relation humaine qui en découle.


La gestuelle des danseurs se trouve très proche des gestes simples de la vie quotidienne. Tout au long du spectacle nous sommes confrontés à une histoire naviguant entre fiction et réalité. Et cela devient parfois trompeur comme la brume floutant les berges du lac.

La vie avec humour et légèreté

Si la scena madre se développe comme des flashs back continus elle porte aussi des constances, à l’image des fondamentaux sur lesquels on s’appuit. La phrase « les murs sont couverts d’épluchures de pommes de terre » se transforme rapidement en incantation. Elle se développe par une constatation que « le château est bio ». Pendant ce temps, au fond de la scène se dévoile, petit à petit, deux mains épluchant ces pommes de terre. On assiste aussi à une extraordinaire scène de mélo sur un quai pour le départ d’un être cher sur un paquebot où tout le monde se doit de pleurer. Une autre se compose d’un travelling suivant des soldats rampant dans la boue et portant des blessés. Avec bien entendu l’iconique phrase virile « dit à ma mère que je meurs comme un héros » à laquelle lui fait écho la tout autant sublissime réponse « tu le lui diras toi-même ». Tout cela dans un enchainement rapide où les situations se télescopent. Et en s’adressant aux spectateurs comme si ceux-ci pouvaient être des acteurs.
Ambra Senatore résume parfaitement cette apparente ambiguïté entre la vie de tous les jours et la scène : « cette manière d’explorer le côté drôle des choses fait partie d’une approche de la vie. Mon travail est également traversé par des aspects plus graves, mais de manière secrète, peut-être par pudeur, par respect ».
Comme au cinéma, on vient tout autant pour être surpris que rassurés. La vie comme une danse.

Avec Matteo Ceccarelli, Lee Davern, Elisa Ferrari, Nordine Hamimouch, Laureline Richard, Antoine Roux-Briffaud, Ambra Senatore Chorégraphie Ambra Senatore Musique Jonathan Seilman et Ambra Senatore Lumière Fausto Bonvini Costumes Louise Hochet Regard extérieur Caterina Basso, Claudia Catarzi, Giuseppe Molino, Barbara Schlittler Production Centre chorégraphique national de Nantes Coproduction Théâtre de la Ville (Paris), Lieu unique Scène nationale (Nantes), Maison de la musique de Nanterre Avec le soutien de la Spedidam, Fondation BNP Paribas pour la 71e édition du Festival d’Avignon Avec l’aide de Centre national de danse contemporaine d’Angers, Fondazione Piemonte Dal Vivo (Turin), TU-Nantes


découvrez la Provence-Alpes-Côte d’azur

publicité

Pub

Nos partenaires

vidéo du jour

Galerie de photos