THE PROVENCE HERALD

Les nouvelles de Provence, Alpes & Côte d'Azur

jeudi 14 décembre 2017

NEWSLETTER
  • Laisser un commentaire
  • Imprimer la page

THE HOLE DANSE CONTEMPORAINE DE HSIAO-TZU TIEN A LA SOURCE DES EMOTIONS

The hole, Hsiao-Tzu TIEN, festival off, avignon, the provence herald, marc pagnier, taiwan, cdc, paris, Taipei Arts Festival, chang, yu, richardson, lin,
Écrit par Marc Pagnier Publié le 11 juil. 2017 Marc Pagnier

Rédacteur en Chef des titres en anglais, français et chinois.

> Lire tous ses articles

THE HOLE de Hsiao-Tzu TIEN, Taiwan, est une tentative réussie d’explorer la partie sombre des moments de la vie. La chorégraphe emploie son corps et celui de quatre danseuses pour accéder à la source originelle des sentiments et des émotions. L’œuvre nous mène à nos propres limites mais sans pathos. Le « qui suis-je ? » se transforme en « où suis-je ? ».  PREMIERE CREATION. FESTIVAL OFF AVIGNON. Jusqu’au 19 juillet 2017 au temple de la danse en Avignon : CDC – Les Hivernales. (Photos © HSIAO-TZU-THE HOLE)

THE HOLE : œuvre politique et descriptive

The hole, Hsiao-Tzu TIEN, festival off, avignon, the provence herald, marc pagnier, taiwan, cdc, paris, Taipei Arts Festival, chang, yu, richardson, lin,

Hsiao-Tzu TIEN ne s’en cache pas. The Hole est une danse, comme d’autres se servent de l’écriture, pour s’interroger sur elle-même. Elle centre son discours chorégraphique sur le questionnement de sa propre identité générationnelle. La force de l’œuvre se situe exactement là. Tout le ballet est un perpétuel chevauchement entre le centrement sur elle-même, le travail, les origines différentes. Mais il ne s’arrête pas à ces interrogations. Hsiao-Tzu TIEN va encore plus loin. Elle pose une question finalement très politique : qu’elle est la puissance d’une culture ? Elle la complète par une constatation centrale, comme une évidence : je ne sais pas où je suis !

The hole, Hsiao-Tzu TIEN, festival off, avignon, the provence herald, marc pagnier, taiwan, cdc, paris, Taipei Arts Festival, chang, yu, richardson, lin,
On l’aura compris, The Hole est fondée sur une expérience autobiographique des émotions qui émergent d’elle. Pas narcissique comme trop souvent dans la danse contemporaine. L’œuvre entraîne le spectateur dans sa propre psyché. Et dans laquelle nous trouvons une évidence : si The Hole est le fruit d’une expérience vécue, analysée, macérée, voire intellectualisée, elle en devient pour cela que plus grande.
Ce terreau portant l’œuvre permet d’entrer facilement dans les différentes parties du ballet. Étonnamment descriptives les chapitres se lisent aisément et constituent une histoire que nous pénétrons en toute familiarité. En effet, qui ne peut être solidaire et, mieux encore, comprendre par sa propre existence celle que nous présente Hsiao-Tzu TIEN ? Toute la force du ballet est de devenir une gangue dont sort nos propres angoisses.


Quand la chorégraphe dit que son œuvre ne peut être interpréter que par des femmes puisqu’elle elle-même est une femme, nous acquiesçons à ce constat. Mais nous ajoutons que la lecture qu’elle réalise des sombres moments de sa vie est aussi celle des hommes, de tous les hommes. En cela The Hole est universel. Tant mieux pour nous.

Biographie :

La chorégraphe Hsiao-Tzu TIEN est née en 1984 à Taïwan. Elle est titulaire d’un Master of Fine Arts, spécialité danse, de l’Université nationale des Arts de Taïwan. Artiste indépendante, elle est à la fois chorégraphe et interprète. Elle a eu l’occasion de collaborer à plusieurs reprises avec la Century Contemporary Dance Company et Shu-Yi & Dancers Company, mais aussi avec des chorégraphes indépendants, tels Tsui-Shuang LAI, Yu-Ju LIN, Yen-Fang YU, Wei-Ning CHANG, la Japonaise Mikuni Yanaihara ou encore l’Australienne Sally Richardson dans divers festivals à Taïwan et à l’étranger. Elle a aussi fait connaître ses propres créations, par exemple, au Taipei Arts Festival, au festival Young Star, New Vision, dans le cadre du Next Choreography Project ou encore du Century Contemporary Dance Company Dance in Asia Project, mais aussi au Dance Massive Festival de Melbourne et à l’American Dance Festival. En 2014 elle a commencé à travailler également comme coach mouvement et a collaboré en tant que telle avec le Assign Theater, le Style Lab, le Be Wild Is Good Studio et le Wind and Ear Studio. En 2015, son travail de création lui a valu d’être nommée lors des 14es Taishin Arts Awards. En 2016, elle a été sélectionnée par le ministère de la Culture de Taïwan pour bénéficier d’une bourse pour une résidence à la Cité Internationale des Arts de Paris.


découvrez la Provence-Alpes-Côte d’azur

publicité

Pub

Nos partenaires

vidéo du jour

Galerie de photos