THE PROVENCE HERALD

Les nouvelles de Provence, Alpes & Côte d'Azur

jeudi 29 juin 2017

NEWSLETTER
  • Laisser un commentaire
  • Imprimer la page

Tunisie : l’ambition de redevenir une destination touristique privilégiée.

Écrit par Marc Pagnier Publié le 10 mai 2013 Marc Pagnier

Rédacteur en Chef des titres en anglais, français et chinois.

> Lire tous ses articles

Tunisie : le pays a depuis très longtemps des liens étroits et affectifs avec la France et plus particulièrement la région Provence. De passage à Paris et à Marseille, le Ministre tunisien du Tourisme monsieur Jamel GAMRA a bien voulu recevoir Les Nouvelles de Provence. Il nous explique les objectifs de la campagne de promotion de la culture et du tourisme tunisiens et les moyens mis en place. Est-ce la volonté de créer de nouvelles conditions pour une reprise des échanges entre les deux pays ?

Les Nouvelles de Provence : Monsieur le Ministre, vous êtes actuellement à Marseille. Pourquoi votre présence ?

Le Ministre Jamel Gamra : Bien que Ministre du Tourisme, je viens pour établir de nouvelles relations entre les deux côtés de la Méditerranée. Nous souhaitons qu’un nouveau regard soit porté sur la culture et le tourisme tunisiens.

LNP : Les évènements récents ont-ils eu une influence sur le tourisme ?

J.M. : Pour nous, le marché touristique est important sur le plan économique. Les Français représentaient, avant la crise, 10% sur les 14 millions de touristes que nous recevions chaque année. Aujourd’hui, s’il y a un retour des européens du Nord, Anglais, Allemands, Belges et de l’Europe de l’Est, Russes, Tchèques, Ukrainiens… les Français sont 30 % de moins qu’avant, soit 1 million au lieu de 1.5 million. Les évènements récents ont eu un impact, c’est évident. C’est pourquoi le gouvernement tunisien souhaite changer cette donne.

LNP : Comment expliquez vous cette “frilosité” des Français ?

J.M. : Il me semble que cela tient des relations extrêmement étroites qui a toujours existées entre la Tunisie et la France, plus particulièrement la Provence. Notre histoire est très liée. La charge d’émotion est encore très forte. C’est pourquoi nous souhaitons mettre fin à certaines images anxiogènes encore véhiculées par les médias français. Que Marseille soit Capitale Culturelle cette année est pour nous une bonne opportunité.

LNP : A qui vous adressez vous plus particulièrement ?

J.M. : Je souhaite que les professionnels du tourisme français et les investisseurs renouent un dialogue constructif avec l’ensemble de la Tunisie.

LNP : Quels sont vos objectifs pour le tourisme ?

J.M. : Nous souhaitons pour cette année passer de –30 % à  – 20% de touristes français. Les autres Européens ont “tourné” la page ; ils sont revenus au même niveau que 2010 !

L.N.P. : Quels moyens envisagez vous pour faire revenir les Professionnels et par conséquence les touristes Français ?

J.M. : Nous avons quatre axes prioritaires. Le premier est de la responsabilité unique de l’état tunisien : nous voulons agir sur l’environnement et la propreté. Cet environnement sera pensé en terme de “durable”. Le deuxième axe concerne la sécurité. Il se fera en partie avec les tours operators. Un corps spécial de sécurité sera créé pour rassurer les touristes. Sachez quand même que depuis deux ans, les 11 millions de touristes n’ont subi aucune agression. C’est plutôt remarquable par rapport à certaines destinations qui ne font pas parler d’elles…

L.N.P. : Pour les deux autres axes, les Tours Operators seront-ils directement impliqués ?

J.M. : En effet, le troisième axe porte sur la qualités des services et des prestations. Nous voulons que les professionnels soient participatifs. L’objectif est d’amener ces services et prestations aux normes internationales les plus exigeantes, dès 2013. Le dernier axe concerne la promotion du tourisme et de la Tunisie. Il y aura une campagne de promotion afin d’améliorer l’image de marque et surtout de dire aux Français que la Tunisie est une destination sans risques.

L.N.P. : Des touristes viennent-ils des pays du Maghreb ?

J.M. : Les touristes du Maghreb viennent de deux pays : l’Algérie, 1 million de touristes, et la Lybie, 2 millions. Les Libyens conjuguent tourisme et soins médicaux. Ce qui représente un important chiffre d’affaires. Les Marocains représentent une faible proportion car ils ont eux-mêmes un parc touristique de qualité.

L.N.P. : Avant la fin de l’année il y aura de nouvelles élections en Tunisie. Quel dernier message souhaitez-vous transmettre aux Français ?

J.M. : Les prochaines élections concernent le changement de gouvernement pour 5 ans. Le débat démocratique s’installe définitivement en Tunisie. C’est le moment ou jamais de venir vivre cette avancée avec nous. Et n’oubliez surtout pas que la Tunisie a toujours eu une culture de l’accueil et que nous aimons recevoir les Français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


découvrez la Provence-Alpes-Côte d’azur

publicité

Pub

Nos partenaires

vidéo du jour

Galerie de photos